École d’été sur la consolidation de la paix

L'école d'été sur la consolidation de la paix s'est déroulée pour la première fois du 29 mai au 3 juin 2017, à l'Université Laval, et s'ajoute donc au riche programme des écoles d'été des Hautes études internationales. Cette école s'inscrit dans le cadre d'un imminent retour du Canada dans les missions de paix : 

"Depuis l’annonce par le Canada le 26 août 2016 d’une approche globale et coordonnée pour soutenir les intérêts canadiens et les efforts de paix des Nations Unies, la question de la participation canadienne aux opérations de paix redevient plus actuelle que jamais.

En effet, il y a aujourd’hui une reconnaissance croissante de la complexité propre aux conflits internationaux et du besoin de recourir à une approche novatrice et multidisciplinaire, conjuguant les ressources civiles, policières et militaires en vue de restituer les conditions nécessaires au rétablissement de la paix dans les pays touchés par les conflits. L’évolution des opérations de soutien à la paix sur la scène internationale requiert une réflexion approfondie et peut-être une mise à niveau de l’approche canadienne pour que celle-ci s’insère mieux dans le cadre multilatéral actuel qui considère des interventions intégrées d’appui à la paix dans un continuum temporel élargi (avant, pendant et après)."

Le thème de cette école d’été reprend les enjeux associés à la grande diversité des défis et examine comment l’expérience d’autres acteurs, œuvrant au sein du monde onusien, peut contribuer à mieux coordonner les interventions multidisciplinaires et à redéfinir le (nouveau) rôle attendu des forces armées canadiennes.

 

PROGRAMME DÉTAILLÉ

Lundi 29 mai

  • 9:00-10:30

YVAN CONOIR
 Introduction : Présentation du cours et des participants

  • 11:00-12:30

YVAN CONOIR

Concepts et évolution de la consolidation de la paix

  • 13:30-15:00

MARC-ANDRÉ FRANCHE

Commissions de consolidation de la paix des Nations Unies

  • 15:30-17:00

MARC-ANDRÉ FRANCHE

Commissions de consolidation de la paix des Nations Unies : études de cas

  • 17:00-18:00

Cocktail - HEI

  • 18:00-20:00

M. GILLES RIVARD

Construire la paix - Une approche canadienne


 

Mardi 30 mai

  • 09:00-10:30

MAXIME RICARD

Consolidation de la paix : leçons apprises de la Côte d’Ivoire

  • 11:00-12:30

ÉMILE OUEDRAOGO

Nettoyage ethnique : défis et réponses

  • 13:30-15:00

LUC CÔTÉ

Justice internationale et justice transitionnelle - Défis et réalités (I)

  • 15:30-17:00

LUC CÔTÉ

Justice internationale et justice transitionnelle - Défis et réalités (II)


Mercredi 31 mai

  • 09:00-10:30

YVAN CONOIR

Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR)

  • 11:00-12:30

Lcol PAUL D’ORSONNENS

Réforme du secteur de la sécurité

  • 13:30-15:00

LUC CÔTÉ

Commission d’enquêtes internationales

  • 15:30-17:00

Bgen (ret) RICHARD GIGUÈRE

Consolider la paix… en Afghanistan? Bilan des PERT

  • 17:30-20:00

            Préparation de l’exercice - Simulation CARANA


Jeudi 1 juin

  • 09:00-10:30

YANN-CÉDRIC QUÉRO

Restaurer l’État de droit : rôle de la police et de la société civile

  • 11:00-12:30

JÉRÔME MELLON

Mali : les défis de la paix

  • 13:30-15:00 :

JÉRÔME MELLON

Réforme de la justice et du secteur pénitentiaire : l’approche onusienne

  • 15:30-17:00

ANNE-MARIE LA ROSA

Personnes disparues, droit de savoir et justice transitionnelle

  • 17:30-20:00

            Préparation de l’exercice - Simulation CARANA


Vendredi 2 juin

  • 09:00-10:30

ANNE-MARIE LA ROSA

Violences sexuelles, conflits et justice transitionnelle

  • 11:00-12:30

DIEGO OSORIO

Colombie: défis de la consolidation de la paix

  • 13:30-15:00

KATHIA LÉGARÉ

Reconstruction de l'État : Bosnie-Herzégovine et Liban

  • 15:30-17:00

            Présentation par les étudiants - Simulation CARANA


Samedi 3 juin

  • 09:00-10:30

Col (ret) DANIEL REDBURN

Frontières et paix : le travail de l'UNOWA

  • 11:00-12:30

Cpt (ret) ANDREW WEBB

Sport et consolidation de la paix

  • 13:30-15:00

KIRSTEN VAN HOUTEN

Femmes et consolidation de la paix en RDC

  • 15:30-17:00

            Présentation par les étudiants - Simulation CARANA

 

 

Biographies des participants

 

CONOIR, Yvan

M. Conoir est Diplômé de l'Institut Universitaire des Hautes Études Internationales de Genève, détenteur d’un MA (Sciences politiques) et d’un MBA (Gestion internationale). Après un début de carrière comme journaliste, il œuvrera pendant près de 20 ans pour le compte du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), l'UNICEF, CARE Canada et le Centre Pearson pour le maintien de la paix. Ses fonctions professionnelles l’ont amené à travailler dans près d’une soixantaine de pays sur tous les continents. Depuis 2005, il œuvre comme consultant auprès la Banque mondiale, l’Union européenne, l’Organisation des États américains (OAS), l’UNICEF, l'UNHCR, le PNUD, l'UNESCO, l’ACDI, les Ministères des affaires étrangères du Canada, de France ou de Suisse, ainsi que diverses ONG et entités privées. Associé et Consultant senior du cabinet Universalia Management Group (Montréal) il est aussi Chercheur en résidence à la Chaire Raoul-Dandurand (UQAM) et membre associé des HEI. En parallèle à ses activités professionnelles, Yvan Conoir enseigne à l'Université Laval, l'UQAM et l'Université de Montréal. Il a publié ces dernières années L'action humanitaire du Canada (PUL-2002), Faire la paix - concepts et pratiques de la consolidation de la paix (PUL-2005) et DDR – Désarmer, démobiliser et réintégrer – Défis humains, Enjeux globaux (PUL-2006), et plus récemment Gestion de projets de développement international et action humanitaire (PUL, 2016). Il signe prochainement l'article sur la Consolidation de la paix au sein du Dictionnaire de la guerre et de la paix (PUF, 2017)

 
CÔTÉ, Luc, Me

Natif de Montréal, Luc Côté pratique en droit criminel depuis plus de 30 ans. Depuis 1994, ses activités se sont concentrées en droit international pénal. D’abord au Rwanda où il a séjourné pendant 5 ans menant des enquêtes sur le génocide avec le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme des Nations Unies avant de se joindre au bureau du Procureur du Tribunal Pénal International pour le Rwanda. En 2001, il a complété des études supérieures en droit international à l’institut des hautes Études Internationales de Genève. Il a travaillé comme avocat conseil à la section des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre du ministère de la justice fédéral à Ottawa avant d’être nommé Chef des poursuites à la Cour Spéciale pour la Sierra Leone en 2002, poste qu’il a occupé durant 3 ans jusqu’en 2005. Il a par la suite dirigé des enquêtes internationales pour les Nations Unies au Timor-Leste (2006), en RDC (2008) et au Kyrgyzstan (2011). De 2013 à 2015, il a été directeur de l’État de Droit au sein de la Mission des Nations Unies en Haïti. Au cours des 10 dernières années, Me Côté agit comme consultant senior en matière de justice transitionnelle et de justice pénale internationale pour les Nations Unies et différentes organisations internationales. Il a travaillé en Haïti, en Côte d’Ivoire, en Somalie, en RDC, au Liban, en Tunisie et en Libye. Depuis 2 ans, il travaille sur des projets de documentation et de poursuite en relation avec les graves violations des droits de l’homme et du droit humanitaire en République Centrafricaine (HCDH), en Syrie et au Mali (ONG) et en Tunisie (PNUD).   En 2010, il a reçu le titre d’Avocat Émérite (Ad.E.) du Barreau du Québec. Il siège également au conseil d’administration d’Avocats sans Frontière Canada depuis 2012.    

 

D'ORSONNENS, Paul, MSM, CD

Le Lieutenant-colonel Paul d’Orsonnens est originaire de Montréal et s’est joint aux Forces Armées Canadiennes comme officier d’infanterie avec Les Fusiliers Mont-Royal où il a occupé l’ensemble des positions de commandement et d’état-major, devenant  commandant d'une compagnie de 100 fusiliers. Suite à son transfert au 4e bataillon Royal 22e Régiment a Laval, il est commandant de compagnie opérationnelle, ensuite dirige pour la 34e Groupe Brigade du Canada le centre de formation des cours de base avec 500 recrues. Il occupe un poste aux opérations de la 34e GBC, et devient par la suite responsable de la compagnie de Coopération civilo-militaire (COCIM) de la 2e Division. Son expérience internationale comprend la direction au Sud-Soudan d'une formation en réforme du secteur de sécurité ainsi que de réaliser un projet COCIM d’envergure entre les communautés arabes et africaines. En  RDC, Rwanda et au Burundi, il a appuyé le désarmement et l’enregistrement des enfants-soldats. Au Mali, il a appuyé la formation de militaires africains dans le cadre du Programme canadien de soutien et de formation militaire. En Afghanistan, il a dirigé les opérations d’information en soutien aux projets canadiens de l’ACDI en développement et stabilisation. Il a aussi participé en Bosnie en 1995 à la mission de maintien de la paix près de Sarajevo (FORPRONU). Il a récemment reçu la médaille du service méritoire du Gouverneur-Général du Canada en reconnaissance de son engagement envers la stabilisation et la sécurité économique au Sud-Soudan.

Le Lt-Colonel D'Orsonnens travaille présentement auprès du Chef, Développement de la force, au QGDN à Ottawa.  Il est gradué du Collège des Forces Canadiennes, diplômé de l‘Université de Montréal et détenteur d'une maîtrise en science politique de l’Université Concordia. Il poursuit des études à l’École nationale de l’administration publique de l’UQO à Gatineau.

 

FRANCHE, Marc-André

Marc-André Franche a passé toute sa carrière professionnelle au service du développement et de la prévention des conflits pour le compte des Nations Unies. Comme Chef du Fond de consolidation de la paix, il appuie les efforts du Secrétaire général des Nations Unies pour éviter que ces derniers ne retombent dans la violence et prennent le chemin de la paix et de la réconciliation. Le Fond est un véhicule de réponse rapide, catalytique et tolérant au risque face à toute situation émergente de conflit ou dans une situation post-conflit. Avant d'être nommé à ce poste, M. France était le directeur pays du Programme des Nations Unies pour le développement au Pakistan (2013-2016), après avoir été le directeur pays adjoint du PNUD en Haïti, de 2008 à 2012, où il supervisait des programmes attachés à la gouvernance, la réforme de l'état de droit, l'amélioration économique des populations, les enjeux de protection environnementale, tout autant que la réponse à la reconstruction suite au tremblement de terre de 2010. Avant cela il a œuvré au sein du PNUD à New York comme conseiller à la prévention de conflits en Amérique latine (2004-2008) après avoir mené à bien des travaux de recherche en développement de politiques, réduction de la pauvreté et gouvernance en Bolivie (1998-2001) et Colombie (2001-2004). M. Franche est canadien et colombien. Il détient une maîtrise en Politiques du développement de la LSE et en Études européennes de la Lund University, après avoir obtenu son baccalauréat en sciences politiques de l'Université de Montréal.

 

GIGUÈRE, Richard, Bgén (ret)

Directeur adjoint du Centre sur la Sécurité internationale (CSI) et professeur invité au département de science politique de l’Université Laval, le Brigadier-général (retraité) Richard Giguère enseigne les fondements et mutations de la guerre et l’élargissement du concept de sécurité.  Ayant cumulé plus de 35 années d’expériences des plus variées au sein de l’Armée canadienne (carrière dans l’infanterie au sein du Royal 22e Régiment), il a œuvré dans des milieux opérationnels au Canada et à l’étranger (Allemagne, Haïti, Afghanistan), diplomatiques (attaché militaire à Washington) et académiques. Il a notamment commandé le Deuxième Bataillon du Royal 22e Régiment et la Citadelle de Québec, le Secteur du Québec de la Force terrestre et la Force opérationnelle interarmées (Est), et le Collège des Forces canadiennes de Toronto. Breveté de l’École de Guerre de Paris, il détient un baccalauréat avec spécialisation en études militaires et stratégiques du Collège militaire royal de Saint-Jean et un Diplôme d’études supérieures spécialisées en études stratégiques de l’Université Paris-Nord. Il est le président de l’Institut militaire de Québec et est membre associé des Hautes études internationales de l’Université Laval.  Le Bgén (ret) Giguère a servi à Kaboul en 2004 pour six mois et à Kandahar en 2010-211 pour une année.

 

LA ROSA, Anna, PhD

Détentrice d'un PhD en Droit international (Institut des Hautes Étude internationales, Genève), Mme La Rosa rejoint le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en 2005. Elle est aussi professeure associée ou invitée aux universités de Montréal, Aix Marseille, Turin et Fribourg où elle enseigne le droit international, le droit pénal international et la justice transitionnelle. Elle a beaucoup écrit dans chacun de ces champs d'études. Juriste de formation, Anne-Marie La Rosa a travaillé pendant 10 ans en pratique privée avant de rejoindre le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie en 1994 ainsi qu'une agence spécialisée des Nations Unies en 1996 comme conseillère légale pour la mise en œuvre au niveau national des principes fondamentaux de droits humains internationalement reconnus.

 

LÉGARÉ, Kathia, PhD

Kathia Légaré a récemment complété un doctorat en science politique à l'Université Laval qui porte sur la reconstruction de l'État après une guerre civile. Sa thèse est une étude comparative des cas du Liban et de la Bosnie-et-Herzégovine qui s'intéresse aux interactions entre les acteurs politiques et les intervenants internationaux, plus particulièrement à leurs conséquences sur le processus politique. Elle a publié ses recherches dans plusieurs revues, notamment Études internationales, Studies in Conflict and Terrorism et plus récemment International Peacekeeping.

 

Jérôme MELLON

Me Jérôme Mellon est avocat au Barreau du Québec (depuis 2003) et un fonctionnaire international travaillant actuellement au sein du Département des opérations de maintien de la paix (DOMP) au Siège des Nations Unies à New York comme Spécialiste de l'état de droit et des institutions chargées de la sécurité (depuis 2013) en soutien à la mission de maintien de la paix des Nations Unies au Mali (MINUSMA). Dans ce contexte, il se penche sur les questions relatives à la réforme des secteurs de la sécurité et de la justice, y compris le renforcement des institutions policières, judiciaires et pénitentiaires, au désarmement, à la démobilisation et à la réintégration de combattants, et à la lutte antimines. Auparavant, Me Mellon a œuvré pendant cinq ans (2008-2013) comme Spécialiste de la réforme du secteur de la sécurité au sein du DOMP se penchant notamment sur les contextes de la Côte d'Ivoire, de la République démocratique du Congo, du Soudan du Sud, du Mali, de la Somalie et de la Guinée. Avant de rejoindre le DOMP, Me Mellon a travaillé pendant quatre ans au Kosovo et en Bosnie-Herzégovine (2004-2008) sur les questions de réforme des secteurs de la sécurité et de la justice et a oeuvré en droit comme avocat plaidant au sein d'un cabinet canadien d'envergure. Me Mellon est titulaire d'une maîtrise en relations internationales et renseignement (University of Salford, 2002) et d'un baccalauréat en droit (LLB, Université Laval, 2000).

 

OSORIO, Diego

Diego Osorio est conseiller international et consultant.  Bachelier de l’Université McGill, il dispose d’une maîtrise en Économie et Commerce international (World Trade Institute, UBerne, Fribourg et Neuchatel) et d’un Master en Administration publique (Université Harvard). Depuis plus d’une vingtaine d’années, Diego Osorio a développé une expertise très riche en matière humanitaire, de maintien et de consolidation de la paix. Il a travaillé en matière de reconstruction, humanitaire et coordination civilo-militaire en Afghanistan, Haïti, Kosovo, Jordanie, Timor-Leste, Colombie, Pakistan , Indonésie (Banda Aceh) et dernièrement au Liberia (MINUL). Plus récemment, il a été consultant pour le G7+ à Bangui, assistant spécial de l’Adjoint au Représentant spécial de la Mission des Nations Unies en Irak et l’UE en Jordanie. Plus récemment il a géré un programme  de  construction de paix pour le secteur privé colombien en jumelant les expériences entre l'Irlande du Nord et la Colombie. Il est chercheur associé à la Chaire Raoul Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’UQAM au Montréal Institute for Genocide and Human Rights Studies.

 

OUEDRAOGO, Émile, PhD, Me

Me Emile Ouédraogo est titulaire d’un doctorat en droit international de l’Institut des Hautes Études Internationales et de Développement (IHEID) à Genève, et est diplômé d’un Master en sciences politiques puis en droit international humanitaire, obtenu respectivement à l’Université de Genève (Suisse) et à l’Université Jean Moulin de Lyon III (France). A présent, il exerce en tant que post doctorant à l’UQAM, chercheur en résidence à l'Observatoire sur les missions de paix et opérations humanitaires de la Chaire Raoul-Dandurand, puis chargé de cours au département de sciences politiques à l’Université Laval à Québec.  Il a déjà travaillé en tant qu'Assistant d'enseignement et de recherche en droit constitutionnel et en droits de l’homme à la Faculté de droit  de l'université de Genève en Suisse (2010-2011). Il a par ailleurs été durant cette période coordinateur scientifique de la formation continue en droit de l'homme de la même Université. Après ces expériences, Emile Ouédraogo a exercé en tant que juriste stagiaire au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie à la Haye, et Assistant de la Senior Legal Policy Advisor du Haut-commissariat des Nations Unies pour les droits de l'homme à Genève (de septembre 2013-février 2014). Il a été est depuis peu membre du Barreau du Québec.

 

QUÉRO, Yann-Cédric, PhD

M. Quéro est consultant dans le Secteur de la Réforme de la Sécurité. En 2008, après 9 ans de formation et de soutien technique auprès des polices municipales en France, Yann-Cédric Quéro a mis ses compétences au service d’organisations internationales (Nations Unies, Union Européenne, agences bilatérales de développement…). Son champ d’expertise s’est développé dans quatre directions : 1) collecte et analyse de données quantitatives et qualitatives relatives à la violence et aux acteurs formels et informels de régulation sociale (Afghanistan, Burkina Faso, Cameroun, Guinée Conakry, Haïti, Somalie, France, Sénégal, Somalie, Tchad…) ; 2) Création et développement d’observatoires de la criminalité et des acteurs de sécurité (Burkina-Faso, Canada, France, Népal, Somalie, Tchad) ; 3) Réforme des institutions (réforme policière : déontologie, police communautaire et résolution des problèmes…) et développement des capacités des Organisations de la Société Civile (Afghanistan, France, Québec, Somalie, Tchad…) ; 4) Enfin, Yann-Cédric Quéro dirige plusieurs travaux de recherche dans le cadre de ses domaines d’expertise comme actuellement sur les homicides urbains dans le monde avec Small Arms Survey ou sur la relation police – population en France dans le cadre de l’École Nationale Supérieure de Police dont il est membre du conseil scientifique. Yann-Cédric Quéro a un doctorat en criminologie centré sur les enjeux de gouvernance nodale de la sécurité locale ; il est chargé de cours à l’Université de Montréal.

REDBURN, Daniel Lcol (ret)

Département de la défense canadienne

Originaire de Québec, le Lt-Col. (Ret.) Daniel Redburn a servi 35 ans au sein de l’armée de terre canadienne. Il a participé à 5 missions des Nations-Unies, incluant deux séjours en Bosnie dont un à titre de Commandant du Contingent canadien en 1995 (UNPROFOR). En 1997-98, il a été conseiller militaire adjoint à la mission des Nations-Unies en Bosnie (UNMIBH) où il a assuré la liaison quotidienne entre la mission de l’ONU et celle de l’OTAN (SFOR). Ses séjours à l’étranger incluent deux séjours de trois ans en Allemagne (1975-78 et 1988-91) au sein de la structure militaire de l’OTAN, un séjour de deux ans à l’École supérieure de guerre en France (1986-88) ainsi qu’une assignation de trois ans à Paris à titre d’Attaché militaire auprès de l’Ambassade du Canada en France (1998-2001). Il est Chevalier dans l'Ordre nationale du mérite (France). Sa dernière mission opérationnelle l’a conduit en Afrique (Sénégal, Cameroun, Nigéria, Tchad, Guinée-Conakry) pendant 13 mois à titre de conseiller militaire du Bureau des Nations-Unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA).

 

RICARD, Maxime

Maxime Ricard Maxime Ricard est coordonnateur et chercheur résident du Centre FrancoPaix au sein de la Chaire Raoul-Dandurand et candidat au doctorat à l'Université du Québec à Montréal depuis 2014. Il est récipiendaire d'une bourse sciences politiques et sociales de l'Institut de Recherche Stratégique de l'École Militaire (IRSEM) du Ministère de la Défense français. Ses recherches de doctorat portent sur les dynamiques d'interaction entre interventions internationales et le complexe État/société en Côte d'Ivoire. Avant d'intégrer la recherche académique, il a exercé pendant deux années dans le domaine  de la  résolution  des  conflits en  Côte  d'Ivoire  pour le  compte  de  l'ONG  Internationale Search for Common Ground suite à la crise post-électorale de 2011.

 

RIVARD, Gilles

Gilles Rivard a passé plus de 25 années de sa vie au service du Canada, essentiellement à l'ACDI ou il a été successivement directeur de programmes pour les Caraïbes, pour les Balkans et le Caucase avant d'être en charge de la planification stratégique pour l'Afrique, puis vice-président responsable de l'Europe, du Maghreb et du Moyen-Orient, puis des Amériques. Il occupe aussi par ailleurs la fonction de directeur des opérations du Conseil privé. En 2008, puis de nouveau en 2014, il est nommé ambassadeur du Canada en Haïti et en 2010 ambassadeur en second auprès de la Mission du Canada près les Nations Unies où il supervise la gestion des intérêts du Canada auprès de l'organisation internationale. Géographe de formation, M. Rivard est actuellement chercheur associé auprès de l'Institut canadien pour l'étude de l'assistance humanitaire et plus récemment conseiller auprès d'Affaires mondiales Canada pour coordonner la réflexion et les travaux sur le renouveau de la participation du Canada aux opérations de maintien de la paix.

 

VAN HOUTEN, Kirsten

Kirsten Van Houten est une doctorante à l’Université d’Ottawa à l’École de développement international et de mondialisation et elle est détentrice d’une9 bourse de doctorat du CRSH. Sa recherche doctorale porte sur les contributions des organisations locales de la société civile à la consolidation de la paix, au Sud Kivu en République Démocratique du Congo. Elle participe également à la recherche sur les femmes, la paix et la sécurité et à la politique étrangère du Canada à l’endroit des États fragiles.  Elle est aussi l’ancienne coordonnatrice de la campagne pour des minéraux équitables et elle a travaillé avec plusieurs organisations non gouvernementales dans le cadre du développement et de la consolidation de la paix. Elle a complété son baccalauréat à l’Université Carleton en droit et droits humains et sa maîtrise à l’Université Dalhousie en International Development Studies.

 

WEBB, Andrew Cpt (ret.), PhD

Né en Allemagne, Andrew a obtenu un Baccalauréat en administration des affaires du Collège Militaire Royal de St-Jean-sur-le-Richelieu. Il a servi, par la suite, comme officier d’infanterie au sein du Royal 22e Régiment où il a été déployé à deux reprises en Bosnie-Herzégovine. Il a aussi été le commandant du peloton de pionnier de combat lors des inondations de Winnipeg puis comme officier de liaison lors de la crise du verglas. En quittant les forces, il a assumé plusieurs postes de direction d’organismes à but non lucratif et a obtenu une Maîtrise en administration publique de l’ENAP en 2006. Avant de retourner de nouveau aux études à temps plein en janvier 2013, il était le directeur du centre d’apprentissage expérientiel de l’Université Laval. Avec les participants de ce programme, il a planifié et exécuté des centaines mandats divers tels le développement du plan stratégique pour mettre sur pied le centre de Recherche et d'Innovation en Sécurité Civile du Campus Notre Dame de Foy et l’organisation des 7e jeux d’hiver d’Olympiques Spéciaux du Canada. Cet évènement a été nommé comme « meilleur événement sportif canadien de 2008 » par Sport Québec. Un bel exploit pour une équipe d’étudiant et d’étudiantes universitaire!

Andrew Webb détient un PhD en gestion international et se concentre sur la gestion des projets de sport pour le développement et la paix. On peut retrouver ses publications dans des revues scientifiques telles Qualitative Market Research: An International Journal, Social Business, Journal of Sport and Social Issues, ainsi que Society and Business Review.